Catégorie / Format / Documents techniques / Cultures / Laitues / Ravageurs / Pucerons / Blogue / Veille scientifique

    Chargement en cours…
  • Fiche technique – Puceron de la laitue

    Fiche techniqueProjets de lutte intégréeFiche technique Les fiches techniques donnent des méthodes alternatives aux pesticides pour contrôler des ravageurs, maladies ou mauvaises herbes problématiques en production maraîchères. Ces fiche ont été réalisées par le PELI, en collaboration avec des partenaires. Projets de lutte intégrée
  • La serre, un milieu favorable à la lutte intégrée

    On imagine souvent la lutte intégrée comme une technologie moderne, une approche du futur. Mais il y a des gens qui la connaissent et l’utilisent depuis des décennies : les serriculteurs. L'article complet sur laterre.ca
  • Le nectar, le pollen et le miellat de puceron prolongent la vie d’un prédateur de puceron

    Les syrphes sont des insectes bénéfiques en agriculture car ils sont à la fois des prédateurs et des pollinisateurs. Les larves se nourrissent de pucerons et d’insectes au corps mou alors que les adultes consomment du nectar, du pollen et du miellat de pucerons. La présence de plantes à fleur permet donc d’augmenter la survie et la reproduction des syrphes.

    Une équipe de recherche portugaise s’est interessée à la survie d’un adulte de syrphe en fonction des sucres qu’ils consomment. Leurs résultats indiquent que la vie des syrphes est plus longue quand ils se nourrissent de glucose ou d’un mélange de pollen et de miel. Quand il y a peu de fleur, le miellat des pucerons peut aussi prolongé la vie des syrphes.

  • Le sarrasin améliore le parasitisme du puceron cendré du chou

    Une équipe de recherche jordanienne et zélandaise a évalué la possibilité d’améliorer le contrôle biologique du puceron cendré du chou en ajoutant des plantes à proximité des plants de chou. Parasitoïde du puceron cendré du chou, Diaeretiella rapae se nourrit de pollen et de nectar de plantes quand il est au stade adulte. En laboratoire, la survie, le nombre d’oeufs pondus et le nombre de pucerons parasités par Diaeretiella rapae a donc été évalué en présence de 4 plantes : la bourse de pasteur (Capsella bursa-pastoris), le diplotaxis fausse roquette (Diplotaxis erucoides), le sarrasin (Fagopyrum esculentum) ou l’alysson maritime (Lobularia maritima). Les résultats indiquent que le contrôle des pucerons est amélioré en présence de ces plantes puisque 3 à 4 fois plus de pucerons sont alors parasités.

  • Essais d’efficacité d’un nouveau produit biologique à base de Beauveria bassiana pour les plantes ornementales

    L’Institut québécois du développement de l’horticulture ornementale (IQDHO) a évalué l’efficacité d’un nouvel insecticide biologique afin de le rendre disponible aux producteurs canadiens de plantes d’ornement en serre pour lutter contre les principaux insectes ravageurs nuisibles : thrips, tétranyques à deux points, pucerons, cochenilles et aleurodes. Il a évalué également s’il était complémentaire aux méthodes de lutte déjà en place et aussi respectueux de l’environnement.