Catégorie / Format / Articles scientifiques / Ravageurs / Chenilles des crucifères / Cultures / Crucifères / Méthodes / Culture réservoir

    Chargement en cours…
  • Dans des champs de chou biologiques, bon contrôle de la teigne des crucifères

    Une équipe de recherche suisse a évalué l’effet de la présence d’une plante compagne, la centaurée bleuet, sur le contrôle des chenilles de teigne des crucifères dans des champs de chou biologiques. Pour cela, ils ont comparé le taux de parasitisme des chenilles de teigne dans des parcelles avec la plante compagne et dans des parcelles sans plante compagne. Si leurs résultats indiquent qu’il n’y pas d’effet significatif de la présence de plante compagne sur le contrôle de la teigne, leur étude a révelé une information très interessante : dans les champs de chou biologiques, les ennemis naturels assurent un fort contrôle de la teigne puisque 72% des chenilles de teignes des crucifères sont parasitées par des guêpes qui les tuent.

  • Le sarrasin améliore le parasitisme du puceron cendré du chou

    Une équipe de recherche jordanienne et zélandaise a évalué la possibilité d’améliorer le contrôle biologique du puceron cendré du chou en ajoutant des plantes à proximité des plants de chou. Parasitoïde du puceron cendré du chou, Diaeretiella rapae se nourrit de pollen et de nectar de plantes quand il est au stade adulte. En laboratoire, la survie, le nombre d’oeufs pondus et le nombre de pucerons parasités par Diaeretiella rapae a donc été évalué en présence de 4 plantes : la bourse de pasteur (Capsella bursa-pastoris), le diplotaxis fausse roquette (Diplotaxis erucoides), le sarrasin (Fagopyrum esculentum) ou l’alysson maritime (Lobularia maritima). Les résultats indiquent que le contrôle des pucerons est amélioré en présence de ces plantes puisque 3 à 4 fois plus de pucerons sont alors parasités.

  • Effet de l’introduction d’une plante compagne dans une culture de choux

    Une équipe suisse, anglaise et allemande a évalué sur deux ans l’effet de l’introduction de centaurée bleuet (Centaurea cyanus) dans une culture de choux. Ces essais en champs ont révélé que l’introduction de centaurée bleuet a augmenté, un an sur deux, le parasitisme des larves et des œufs, la prédation des oeufs des ravageurs ainsi que le rendement de la culture.