Catégorie / Blogue / Cultures / Canola / Ravageurs / Cécidomyies / Cultures / Crucifères / Blogue / Quoi de neuf / Événements / Blogue / Quoi de neuf

    Chargement en cours…
  • PELI: des agriculteurs se mobilisent pour contrer un ennemi des cultures

    Article de Marc-André Couillard du Coup d'oeil. AGRICULTURE – Le Pôle d’excellence en lutte intégrée (PELI), qui est basé au Centre local de développement des Jardins-de-Napierville, a organisé un rassemblement de scientifiques le 19 janvier, pour trouver une solution au défi que représente la cécidomyie du chou-fleur. Ce moucheron détruit le brocoli, le chou-fleur et…
  • 19 janvier 2018 : Cécidomyie du chou-fleur sous la loupe

    Journées agroalimentaires Montréal-Laval-Lanaudière-Laurentides Dans le cadre de l'édition 2018 des Journées agroalimentaires Montréal-Laval-Lanaudière-Laurentides, le Pôle d'excellence en lutte intégrée est heureux de s'associer au MAPAQ Montréal-Laval-Lanaudière pour une journée thématique sur la cécidomyie du chou-fleur, disponible dans toutes les régions du Québec via visioconférence. Cette journée tentera d’apporter des réponses aux questions des producteurs par…
  • 5, 6, 7 et 8 décembre 2017 – Journées horticoles et grandes cultures

    Journées horticoles et grandes cultures 5, 6, 7 et 8 décembre 2017 Centre communautaire de Saint-Rémi / 25 rue Saint-Sauveur Le Centre local de développement des Jardins-de-Napierville, le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, Emploi Québec ainsi que les Caisses Desjardins organisent, pour une 22e année consécutive, des journées de perfectionnement…
  • Efficacité de biopesticides contre la cécidomyie du chou-fleur

    Différents essais ont été menés par des chercheurs de l’Université de Guelph afin d’évaluer l’efficacité de différents biopesticides contre la cécidomyie du chou-fleur. Lors d’un essai en champ réalisé en 2011, les différents produits testés (à base d’azadirachtine, de pyréthrine, de spinosad ou du champignon entomopathogène Beauveria bassiana) n’ont pas permis de diminuer de façon significative les dommages causés par l’insecte. Toutefois, en 2013, tous les produits ont permis de diminuer les dommages et presque tous les produits, sauf B. bassiana, ont permis de produire plus de brocolis vendables par rapport au témoin. Journal of Economic Entomology (2016)

  • Les oiseaux, des alliés dans le contrôle des ravageurs

    Une équipe de recherche californienne s’est intéressée aux oiseaux et au rôle qu’ils ont dans la réduction des insectes ravageurs des cultures. Pour ce faire, ils ont installé des proies sentinelles dans des champs de kale. Ces proies vivantes étaient des chenilles de fausse-arpenteuse du chou collées sur la face dorsale d’une feuille de kale. Au bout de 7 heures, les chercheurs venaient compter le nombre de chenilles qui avaient disparu. Cette expérimentation a indiqué qu’en 7 heures, de 0 à 80% des chenilles exposées comme proie sentinelle étaient consommées par des oiseaux (moyenne de 24%). Les chenilles les plus consommées étaient celles proches d’une bordure de champ avec des buissons. Voulant en savoir plus sur les oiseaux amateurs de chenilles, une deuxième expérimentation est venue compléter la première. A proximité d’une chenille collée sur une feuille de kale, les chercheurs ont placé, pendant 7 heures, un appareil photo qui se déclenche par le mouvement. Cela leur a permis de savoir que le merle d’Amérique, le geai buissonnier et l’étourneau sansonnet contribuait au contrôle des chenilles des champs de kale.

  • Dans des champs de chou biologiques, bon contrôle de la teigne des crucifères

    Une équipe de recherche suisse a évalué l’effet de la présence d’une plante compagne, la centaurée bleuet, sur le contrôle des chenilles de teigne des crucifères dans des champs de chou biologiques. Pour cela, ils ont comparé le taux de parasitisme des chenilles de teigne dans des parcelles avec la plante compagne et dans des parcelles sans plante compagne. Si leurs résultats indiquent qu’il n’y pas d’effet significatif de la présence de plante compagne sur le contrôle de la teigne, leur étude a révelé une information très interessante : dans les champs de chou biologiques, les ennemis naturels assurent un fort contrôle de la teigne puisque 72% des chenilles de teignes des crucifères sont parasitées par des guêpes qui les tuent.

  • Le sarrasin améliore le parasitisme du puceron cendré du chou

    Une équipe de recherche jordanienne et zélandaise a évalué la possibilité d’améliorer le contrôle biologique du puceron cendré du chou en ajoutant des plantes à proximité des plants de chou. Parasitoïde du puceron cendré du chou, Diaeretiella rapae se nourrit de pollen et de nectar de plantes quand il est au stade adulte. En laboratoire, la survie, le nombre d’oeufs pondus et le nombre de pucerons parasités par Diaeretiella rapae a donc été évalué en présence de 4 plantes : la bourse de pasteur (Capsella bursa-pastoris), le diplotaxis fausse roquette (Diplotaxis erucoides), le sarrasin (Fagopyrum esculentum) ou l’alysson maritime (Lobularia maritima). Les résultats indiquent que le contrôle des pucerons est amélioré en présence de ces plantes puisque 3 à 4 fois plus de pucerons sont alors parasités.

  • Effet de l’introduction d’une plante compagne dans une culture de choux

    Une équipe suisse, anglaise et allemande a évalué sur deux ans l’effet de l’introduction de centaurée bleuet (Centaurea cyanus) dans une culture de choux. Ces essais en champs ont révélé que l’introduction de centaurée bleuet a augmenté, un an sur deux, le parasitisme des larves et des œufs, la prédation des oeufs des ravageurs ainsi que le rendement de la culture.

  • Cécidomyie du chou-fleur (Contarinia nasturtii)

    Voici une liste de projets sur la cécidomyie du chou-fleur réalisés hors Québec au cours des dernières années.

  • Mouche du chou (Delia radicum)

    Voici une liste des projets de recherche sur la mouche du chou réalisés hors Québec au cours des dernières années.