L’apport de nectar dans une culture de colza augmente le taux de parasitisme des pucerons

Une équipe de recherche française s’est interessé à l’effet de l’apport de nectar extra-floral dans un champ de colza sur le contrôle des pucerons Brevicoryne brassicae et Vicia faba. Ils s’attendaient à ce que le nectar nourrisse les adultes de parasitoïdes et augmente ainsi leur durée de vie et leur fécondité. Fourni aux parasitoïdes dans les champs de colza, ce nectar augmenterait donc la présence de parasitoïdes ainsi que la proportion de pucerons dans lesquels ils ponderaient leurs oeufs. Leur étude a montré qu’avec l’apport de nectar dans les champs, le nombre de parasitoïdes et le taux de parasitisme des pucerons augmentaient.

Donnez votre avis